Vers un climat artificiel ?

Une étude publiée dans « Nature », fait un lien entre événement météo et climat

Sécheresses, vagues de chaleur et inondations : les scientifiques sont maintenant capable de nous dire pour chaque événement si le réchauffement climatique en est la cause.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Les climatologues disposent maintenant de simulations informatiques du climat de la Terre. En faisant tourner leur modèle (des milliers d’essais) avec puis sans gaz à effet de serre dans l’atmosphère, ils peuvent par comparaison évaluer si un évènement météorologique récent (sécheresse, inondation extrême mais pas encore les tempêtes locales) est dû ou non au réchauffement climatique. Ils donnent aussi la probabilité de l’événement à se renouveler. C’est la nouvelle science de « l’attribution ». Le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) et l’agence météorologique nationale allemande visent d’ici 2020 à diffuser leurs résultats via des médias sociaux, deux semaines seulement après un événement météorologique particulier, éclairant ainsi le grand public sur les liens entre météo et climat. « L’attribution » donnant aussi une probabilité d’événement à venir, elle devrait aider les pouvoirs publics à penser leur urbanisme et dimensionner les équipements (exemple : réservoirs d’eau en cas de sécheresse). Une autre application de « l’attribution » est juridique : des sociétés pétrolières, d’architectes ou d’agences gouvernementales pourraient alors être tenues responsable de non prise en compte des changements climatiques.

Le fil d’actu

Le documentaire

Notre ciel soumis à une évolution contrôlée. Journaliste et photographe professionnelle, Jacqueline Roche a toujours été à la recherche de fonds de ciels bleus pour son travail sur l’image. Avec le temps, elle observe que ces fonds ne sont plus aussi intensément bleus, que notre ciel est souvent voilé, nettement moins lumineux...