Vers un climat artificiel ?

Une étude publiée dans « Nature » montre les dangers de la géo-ingénierie solaire pour la biodiversité

La géo-ingénierie solaire tant par sa mise en place que par son retrait induiraient des changements climatiques soudains (jamais vus récemment en si peu de temps), fragmentant les zones climatiques, réduisant les temps possibles pour une adaptation des espèces, augmentant ainsi le risque pesant sur la biodiversité.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Traduction de l’article

Conséquences potentiellement dangereuses pour la biodiversité de la mise en œuvre et de l’arrêt de la géo-ingénierie solaire

La géo-ingénierie solaire fait l’objet d’une attention accrue de la part des pouvoirs publics, en tant qu’outil potentiel pour compenser le réchauffement climatique. Bien que les réactions climatiques à la géo-ingénierie aient été étudiées en détail, les conséquences potentielles sur la biodiversité sont en grande partie inconnues. Pour éviter l’extinction, les espèces doivent s’adapter ou se déplacer pour suivre les changements de climat. Nous évaluons ici les effets de la mise en œuvre rapide, de la poursuite et de la fin soudaine de la géo-ingénierie sur les vitesses climatiques - les vitesses et les directions que les espèces devraient suivre pour suivre les changements climatiques. Par rapport au scénario de changement climatique modéré (RCP4.5), la mise en œuvre rapide de la géo-ingénierie réduit les vitesses de température vers zéro dans les points chauds de la biodiversité terrestre. En revanche, une terminaison soudaine augmente les vitesses de température des océans et des terres à des vitesses sans précédent (médianes mondiales> 10 km an −1), soit plus du double des vitesses de température pour les changements climatiques récents et futurs des zones névralgiques de la biodiversité. En outre, les vitesses climatiques faisant plus que doubler, une fragmentation climatique rapide se produit dans des biomes tels que les prairies et les forêts tempérées, où les vecteurs de température et de vitesse de précipitation divergent spatialement de> 90 °. L’arrêt rapide de la géo-ingénierie augmenterait considérablement les menaces pesant sur la biodiversité à cause du changement climatique.

Le fil d’actu

Le documentaire

Notre ciel soumis à une évolution contrôlée. Journaliste et photographe professionnelle, Jacqueline Roche a toujours été à la recherche de fonds de ciels bleus pour son travail sur l’image. Avec le temps, elle observe que ces fonds ne sont plus aussi intensément bleus, que notre ciel est souvent voilé, nettement moins lumineux...